Cours et conférences invitées > Cours

Programme des cours

10h00 - Imagerie de la connectivité cérébrale (Laura Harsan)

Objectifs pédagogiques

  • ***********
  • ***********
  • ***********
  • ***********

Messages à retenir

  • ***********
  • ***********
  • ***********
  • ***********

10h30 - Diffusion fMRI vs. BOLD (Luisa Ciobanu)

Objectifs pédagogiques

  • Connaître et comprendre les principes de l’IRM fonctionnelle de diffusion (DfMRI)
  • Connaître et comprendre les principes de l’IRM fonctionnelle en contraste BOLD
  • Comprendre les différences entre BOLD et DfMRI
  • Comprendre la promesse et les limites de l'IRM fonctionnelle de diffusion

Messages à retenir

  • L'IRM fonctionnelle en contraste BOLD et l’IRM fonctionnelle de diffusion reposent sur des mécanismes différents
  • Le contraste dans l’IRM fonctionnelle de diffusion est basé sur la modification de la diffusion des molécules d’eau au cours de l’activation neuronale
  • Le contraste BOLD est basé sur la détection des variations locales de flux et d'oxygénation du sang induit par l'activité neuronale
  • L'IRM fonctionnelle de diffusion peut être utilisée lorsque le couplage neuro-vasculaire est altéré

11h00 - Imagerie de perfusion - ASL (Emmanuel Barbier)

Objectifs pédagogiques

  • ***********
  • ***********
  • ***********
  • ***********

Messages à retenir

  • ***********
  • ***********
  • ***********
  • ***********

11h30 - Approches quantitatives en IRM du transfert d'aimantation (Olivier Girard)

Objectifs pédagogiques

  • Comprendre la relation entre la mobilité moléculaire (e.g. liquide vs. solide) et l'ordre de grandeur du temps de relaxation transversal (T2)
  • Connaître et comprendre le fonctionnement des séquences de transfert d’aimantation (MT)
  • Comprendre l’intérêt de la modélisation biophysique pour extraire des paramètres quantitatifs dans les approches qMT
  • Connaitre les scénarios expérimentaux usuels nécessaires à l'estimation des paramètres quantitatifs dans les approches qMT
  • Comprendre les sources de biais associé à l'estimation de paramètres basée sur des modèles biophysiques simples

Messages à retenir

  • L'imagerie du transfert d’aimantation permet de visualiser de façon indirecte les tissus avec un T2 très court (<< 1 ms) en échange avec l'eau libre.
  • Le contenu macromoléculaire des tissus peut êtrevisualisé et caractérisé avec les séquences MT.
  • Les approches quantitatives du transfert d’aimantation qMT permettent une évaluation quantitative des tissus étudiés (i.e. reproductible et comparable d'individu à individu ou de site à site).
  • Le transfert d’aimantation et les approches quantitative associées permettent d’améliorer la spécificité du signal IRM pour la microstructure tissulaire sous-jacente.

Réferences

  1. Magnetization transfer in MRI: a review. R.M. Henkelman, G.J. Stanisz and S.J. Graham, NRM in BIomed. 2001; 14: pp57-64
  2. Modelling and interpretation of magnetization transfer imaging in the brain. J.G. Sled, NeuroImage 2018; 182: pp128-135
  3. Quantitative Interpretation of Magnetization Transfer. R.M. Henkelman et al., MRM 1993; 29: pp759-766
  4. Quantitative Interpretation of Magnetization Transferin Spoiled Gradient Echo MRI Sequences. J.G. Sled and G.B. Pike, JMR 2000; 145: pp24-36

13h00 - Imagerie CEST (Julien Flament)

Objectifs pédagogiques

  • Connaître et comprendre le principe du contraste CEST.
  • Comprendre le paramétrage des séquences CEST.
  • Connaître les différentes modalités offertes par l’IRM-CEST.
  • Connaître les principales applications des séquences CEST pour l’étude des maladies neurodégénératives.

Messages à retenir

  • Le contraste CEST permet de détecter des molécules très diluées invisibles en IRM classique.
  • L’avantage principal de l’IRM-CEST est la très bonne résolution spatiale.
  • L’IRM-CEST est une modalité d’imagerie translationnelle.
  • La multitude de molécules détectables en IRM-CEST permet d’étudier les maladies neurodégénératives.

13h30 - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la phase en IRM sans jamais oser le demander (Mathieu Santin)

Objectifs pédagogiques

  • ***********
  • ***********
  • ***********
  • ***********

Messages à retenir

  • ***********
  • ***********
  • ***********
  • ***********

14h00 - Elastographie par Résonance Magnétique (ERM) (Elodie Breton & Jonathan Vappou)

Objectifs pédagogiques

  • Connaître les trois étapes fondamentales de l’Elastographie par Résonance Magnétique (ERM), i.e., la génération d’une onde mécanique dans le milieu à étudier, l’encodage par IRM de cette onde, et la reconstruction des propriétés mécaniques.
  • Découvrir les applications majeures de l’ERM, aussi bien cliniques que technologiques
  • Comprendre les difficultés techniques majeures de mise en œuvre de l’ERM
  • Connaître les méthodes d’accélération de l’acquisition ERM, et les avancées techniques récentes

Messages à retenir

  • L’ERM permet de mesurer les propriétés mécaniques des tissus et leurs altérations lors de pathologies (fibrose hépatique, tumeurs, maladies neurodégénératives, …)
  • L’ERM repose sur trois étapes fondamentales :
    • La génération d’une onde mécanique harmonique,
    • L’utilisation d’une séquence permettant d’encoder cette onde sur la phase du signal IRM, et
    • la reconstruction des cartes d’élasticité des tissus à partir des images d’ondes mécaniques.
  • Les propriétés mécaniques mesurées varient en fonction de la fréquence de l’onde mécanique.
  • Au-delà de son utilité pour le diagnostic, l’ERM est un outil très intéressant pour la caractérisation biomécanique des tissus mous
  • Les séquences d’ERM sont complexes car elles doivent être synchronisées à l’onde mécanique.

Réferences

  1. Mariappan YK, Glaser KJ, Ehman RL. Magnetic resonance elastography: A review. Clinical Anatomy.  2010;23(5):497‑511.
  2. Glaser KJ, Manduca A, Ehman RL. Review of MR elastography applications and recent developments. Journal of Magnetic Resonance Imaging. 2012;36(4):757–774.
  3. Vappou J. Magnetic Resonance− and Ultrasound Imaging−Based Elasticity Imaging Methods: A Review. Critical ReviewsTM in Biomedical Engineering. 2012;40(2):121‑34.
  4. Guenthner C, Kozerke S. Encoding and readout strategies in magnetic resonance elastography. NMR in Biomedicine 2018. doi: 10.1002/nbm.3919.

15h00 -Voir l'invisible : imagerie à temps d'écho ultra-court  (Lucas Soustelle)

Objectifs pédagogiques

  • Comprendre l'histoire et la genèse de l'imagerie UTE
  • Comprendre le principe et l'intérêt de séquences type UTE
  • Connaître le panel de séquences type UTE existant
  • Comprendre les différents contrastes générés par les séquences UTE et leurs applications

Messages à retenir

  • Les séquences UTE permettent la visualisation de tissus à T2 très courts (< 1 ms)
  • L'imagerie UTE s'avère complémentaire et/ou substitutive à l'imagerie conventionnelle et quantitative
  • L'imagerie d'espèces à T2 court nécessite la prise en compte d'effets jusqu'ici négligés en imagerie conventionnelle (e.g. relaxation/excitation, TE ultracourt)
  • La technique comporte ses limitations : RSB, temps d'acquisition, SAR selon l'application, performances du système d'imagerie

 

15h30 - Séléction simultanée de coupes (Multiband, SMS, etc.) (Magalie Viallon)

 

Objectifs pédagogiques

  • Comprendre le principe des séquences à acquisition simultanée.
  • Connaitre les ingrédients des séquences sur lesquels cela repose.
  • Connaître et comprendre les limitations potentielles.

 

Messages à retenir

  • Simultaneous Multi-Slice (acquisition simultanée de plusieurs coupes) est une innovation récente en IRM qui permet d'accélèrer considérablement l’imagerie - grâce à l’excitation et à la lecture simultanées de plusieurs coupes comme son nom l’indique.
  • Contrairement à l’imagerie parallèle dans le plan, l’accélération de l'acquisition n'a qu’une incidence marginale sur le rapport signal / bruit intrinsèque
  • Pour certaines mises en œuvre, les techniques SMS peuvent réduire le dépôt de puissance radiofréquence (RF).
  • La technique repose sur 1) la mise en place d'impulsions RF particulières et 2) une reconstruction spécifique permet de démêler les images multislices condensées à l'aide de la phase des impulsions de l'émetteur, des impulsions de gradient bien entendues et, comme en imagerie parallèle, exploitent les caractéristiques des bobines réceptrices multicanaux.
  • Des solutions commerciales sont désormais disponibles en fMRI, Diffusion, et sur la plupart des séquences TSE. 

 

Personnes connectées : 1